AstresNet.org
Toute l'astrologie





Interrogation sur les transits

AstresNet.org | vendredi 17 août 2012 | par Marc Cerbère


   partager


C’est la communication d’un internaute, jeune amateur passionné d’astrologie, qui m’a orienté vers la publication de cet article, outre que ce n’est pas la première interrogation qui m’arrive par courriel quant à la validité, surtout viabilité des transits alors qu’à l’évidence le ciel est vide « d’aspects-transitants » et qu’un événement majeur survient dans l’existence de telle ou tel.

(JPG)
Philippe Bugalski

Sans reprendre la totalité de l’article du quotidien « La Montagne », c’est le vendredi 10 août 2012 vers les 16h20’ que Philippe Bugalski (12 juin 1963 à Busset - heure inconnue), grand champion de rallyes, a chuté accidentellement du haut d’une nacelle élevée d’une quinzaine de mètres, dans sa propriété ; les pompiers ont confirmé la mort par accident.Il avait 49 ans seulement.

L’OBSERVATION

Or donc, notre jeune amateur d’astrologie, s’il avait bien remarqué les aspects tendus (triplice Uranus-Mars-Pluton) à caractère « accidentogène » - je cite -, restait sur l’expectative quant aux transits mortifères, relevant que dans la circonstance de l’accident la planète Mars se trouvait en « bon transit » (trigone Soleil et Saturne), concluant que ce n’était pas la première fois qu’il constatait que le facteur « déclenchant » de Mars ne s’appliquait pas. Mais ici, le jeune homme fait une confusion entre un « Mars-relais » et un « Mars de formation », c’est à dire, ici, une conjonction Mars-Saturne en Balance (exacte le 15 août). Quoi qu’il en soit son interrogation est fondée sur le strict point de vue de l’interaction entre les transits et la distribution du ciel de naissance. Cependant, ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain.

LES REMARQUES

- Dans le cas observé il s’agit bien d’un accident, mais plus précisément d’une mort par accident. Or si l’on ne meurt pas toujours d’un accident, en revanche notre quasi seule certitude, nous pauvres humains, c’est que nous allons trouver la mort, un jour.

La question est moins de pinailler sur les mots [accident mortel ou mort par accident] que de préciser, à la décharge de la théorie des transits, la nécessité de connaître l’heure de naissance, pour ce cas observé, car il y a une grande différence entre l’accident avec fractures, voire handicap, et la mort par accident parce que justement c’est du symbolisme de la mort dont il s’agit. Or entre l’accident et la mort, et même si les deux se joignent de peu à l’instant du choc, il y a une différence de degré symbolique qui réclame [à défaut de transits majeurs nets] de connaître les « lieux » (maisons) où sont distribuées les planètes de naissance, puis de regarder la situation en interaction entre le ciel dynamique (céleste) et le ciel statique (natal). Un cas, non similaire mais analogique, est celui de Lady Diana (1/07/ 1961, 19h45’ à Sandringham - 31/08/1997) qui présente le même type de triplice Uranus-Mars-Pluton, et disposée au lieu de l’antenne 8 du natal. L’observation du cas de Lady Diana est assez éloquent, pas assez cependant pour en faire une généralité.

- Dire que le Mars céleste du 10 août 2012 était « bon », c’est oublier d’une part la nature de Mars, surtout c’est se séparer de la conjonction Mars-Saturne en orbe d’influence (3°) le 10 août (conj. exacte le 15) dont la réputation est redoutable si elle se résout par accident. J’avais écrit ceci dans le texte de la conjonction Mars-Saturne :

Le versant de la dramatisation de la conjonction Mars-Saturne (action et choc) conseille une vraie retenue et prudence en voyage et en déplacement, en montagne, l’accident (Mars) invalidant (Saturne) n’étant pas ici une simple « légende d’horoscope ».

Si l’on rapproche le mot « montagne » de « hauteur », vers « nacelle », « chute », « quinzaine de mètres », nous sommes en plein dans le symbolisme du possible de l’expression de Mars-Saturne (accident+choc+montagne - hauteur). Il ne faut pas lire : l’article a annoncé l’accident. Il n’en est rien. En revanche, le symbolisme révélé dans le corps de l’article est de saisie pertinente ; outre les autres événements greffés dans la page autour de la conj. Mars-Saturne : il n’y a qu’à ouvrir un site d’info pour lire.

LA REFLEXION

- Une triplice Uranus-Mars-Pluton, c’est à dire un « encadrement » de Mars par Uranus et Pluton, dont deux conjonctions des plus explosives et virulentes, Mars-Uranus, Mars-Pluton, porte et expose à vivre dans la tension, la radicalité, ou encore dangereusement - le côté casse-cou. Dans le cas observé, le déplacement de la triplice de naissance a été vécu dans le sport automobile. La mort par accident n’a pas de rapport avec l’ancienne activité. Reste cependant que ce type de triplice participe - pas systématiquement, c’est heureux - de la mort subite, fulgurante ou accidentelle, voire parfois de cause collective (complot, attentat, enlèvement). Globalement une telle configuration expose à un danger. Cependant le danger peut surgir ailleurs, du social par exemple (revirement de situation, période noire, faillite). Ca dépend donc de la structure du ciel de naissance.

- Faut-il prendre l’orbe de l’avant de la conjonction Uranus-Pluton en Vierge entre 2 et 10° ? On peut toujours, mais la première phase exacte de la conjonction Uranus-Pluton ne se forme que le 9 octobre 1965, ça fait un peu long... Pour ma part, je considère la « présence » d’Uranus et Pluton qui « encadrent » Mars, et les deux conjonctions précitées. Et c’est l’encadrement qui « impressionne » le plus.

- La réflexion qui se dégage de cet environnement planétaire tant en ciel dynamique (céleste) qu’en ciel statique (natal) c’est une confirmation de ce que je pense - et pratique - depuis longtemps, c’est à dire une vraie prise en compte des cycles en formation dans le ciel tant dans leur nature (symbolisme) que dans leur qualité (phase du cycle), même si les transits sont bons.

Il est très utile de connaître les cycles dynamiques (célestes) et de porter une attention particulière aux plus virulents et nocifs, surtout avec les phases du carré Uranus-Pluton 2012-15 qui formeront autant de relais avec d’autres cycles avoisinants. Une réalité : redoubler de vigilance, de prudence, au temps des phases célestes complexes et tendues, voire mortifères.

D’aucuns diront : « La peur n’évite pas le danger ! » Personne ne parle de peur ; de danger, oui.

- En songeant à cette triplice et aux deux conjonctions qui la forment, Mars-Uranus et Mars-Pluton, notre visiteur n’aura pas de peine à relever la présence ou pas de cette triplice dans son thème ; plus loin, sa curiosité éveillée, il pourra dresser une liste complète des années contenant les phases des cycles précités et un repérage de celles, plus appuyées, relevant la triplice Uranus-Mars-Pluton. Enfin, poursuivant sa réflexion, il se dira que sans doute la triplice Uranus-Mars-Pluton n’est pas seule en virulence, que d’autres états planétaires sont dangereux, et qu’alors qu’il se croyait non concerné, épargné, débarrassé d’un danger, en voilà un justement qui le guette ! Et il aura raison, d’autres cycles planétaires sont à considérer dans le registre du danger et du dangereux.

Mais en conclusion, que notre visiteur possède ou pas cette triplice Uranus-Mars-Pluton, ou des similaires - il y en a d’autres - a quelque lieu de son thème de naissance, qu’il ne s’épouvante pas car ce n’est pas le but l’auteur, mais qu’il ne pèche pas par insouciance, étourderie ou bravade face à la divine course céleste : les mois et années à venir sont fournis en « phases planétaires dures » ; autant qu’il en prenne état et compte.

Marc Cerbère

Marc Cerbère - ®AstresNet
vendredi 17 août 2012


icone suivi activite RSS 2.0 | plan | Contact | Parcours | Mentions légales | Annuaires - Liens |  ASTRESNET.orgsite
Adresse postale:  Marc Cerbère -- 109, rue Sarah BERNHARDT
Résidence Horizons - app.13
11210 Port-la Nouvelle
Occitanie - Dept 11 - Aude - France
Tél/Fax +33 4 68 40 87 61